L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Eva Henshaw - Une civile dans l’armée : fierté et devoir

Gestionnaire de soutien du réseau à la BFC de Greenwood depuis 30 ans, Eva en a vu, des changements technologiques. Elle entretient les systèmes de réseautage qui diffusent en temps réel des vidéos de haute qualité depuis des avions militaires, grâce auxquelles le personnel au sol peut rapidement prendre des décisions. Son travail aide les militaires déployés à l’étranger et contribue à la sécurité des familles canadiennes au pays.

« En cas d’incendie ou d’inondation à Winnipeg, nous pourrions survoler la zone avec cet avion, filmer la scène et transmettre la vidéo en temps réel pour éclairer les interventions », explique Eva.


La résolution de problèmes et le dépannage sont ce qu’elle aime le mieux, même si elle subit beaucoup de pression quand elle doit réparer rapidement le réseau d’un avion qui doit décoller. « C’est parfois très stressant, reconnaît-elle. Mais l’armée m’a très bien préparée à ces situations au fil des ans. Grâce à tout cet entraînement, il n’y a pratiquement aucun problème que je ne peux pas régler. Je suis très à l’aise dans ce que je fais ».

Son affectation au Moyen-Orient est l’un des moments forts de sa longue carrière. « Comme civil, on n’a pas l’habitude de cet environnement. Le travail qu’on fait prend tout son sens et on comprend alors ce qui se passe et combien ce qu’on fait est important. On ne peut qu’en être fier. » Travailler comme civile avec des militaires est une caractéristique unique de la carrière d’Eva. Elle reconnaît les difficultés liées à son statut, mais elle en apprécie aussi les avantages. « Il faut apprendre à connaître la culture et la mentalité militaires. L’attention des militaires se porte sur des points auxquels nous ne faisons pas forcément attention naturellement, mais cette différence est nécessaire. Une fois qu’on s’y habitue, on ne peut plus s’imaginer travailler ailleurs ».

Eva comprend aussi le rôle important que les civils jouent dans l’armée. Avec le roulement du personnel militaire à la base, c’est à elle et à ses collègues professionnels de la fonction publique qu’il revient d’assurer la continuité et la stabilité de la base et d’être les gardiens de son histoire.|

Eva ne compte pas beaucoup de femmes parmi ses collègues à la base militaire et dans les systèmes de réseautage. « On s’habitue à travailler avec beaucoup d’hommes et je trouve que je dois parfois faire mes preuves plus qu’un homme, observe-t-elle. Mais une fois qu’on est à l’aise dans son travail et qu’on le fait avec assurance, les collègues le remarquent et le sexe n’a plus vraiment d’importance ».

En fait, Eva trouve son travail tellement enrichissant qu’elle adorerait voir d’autres femmes poursuivre cette carrière et vivre les défis et les réalisations qu’elle aime tant. 

Elle croit en son travail et elle est fière d’être une professionnelle de la fonction publique. « Notre travail nous tient à cœur. Nous en sommes très fiers et nous voulons donner les meilleurs services aux Canadiens ».